L'antibiorésistance

Défi sanitaire du 21ème siècle

L'antibiorésistance, un phénomène naturel amplifié par des usages inadaptés

L’antibiorésistance est le phénomène par lequel des bactéries exposées de manière prolongée à un même antibiotique acquièrent des mutations qui les rendent résistantes, c’est-à-dire difficiles, voire impossibles à combattre par les traitements actuels.

Ce phénomène découle du processus de sélection naturelle. Dès la découverte des premiers antibiotiques, Alexander Fleming, découvreur de la pénicilline, avait déjà pointé ce risque majeur pour leur efficacité sanitaire sur le long terme. Il a cependant été gravement amplifié par un usage abusif et inconsidéré des antibiotiques depuis 50 ans, en santé humaine mais aussi animale. On estime par exemple qu’environ 80% des antibiotiques vendus aux États-Unis sont destinés à l’élevage.

Les premières bactéries résistantes aux antibiotiques sont apparues dès les années 1960, très rapidement après la commercialisation des premiers traitements. Depuis, les bactéries résistantes aux antibiotiques se multiplient. De nombreuses bactéries responsables de graves infections chez l’homme, comme les salmonelles, ont déjà développé une résistance aux antibiotiques les plus courants.

Un défi mondial

Le développement de la résistance aux antibiotiques constitue, selon les organisations internationales et les gouvernements, un des grands défis sanitaires du 21ème siècle. En France, ce phénomène tue déjà 12 500 personnes chaque année[1], soit trois fois plus que les accidents de la route.

 

Un enjeu sanitaire majeur

 

La prise de conscience s’accélère

 

En mai 2016, le gouvernement britannique a publié un rapport[2] qui chiffre à 10 millions le nombre de décès annuels liés à la résistance aux antimicrobiens à horizon 2050.

C’est davantage que les 8,2 millions de décès dus au cancer aujourd’hui.

En septembre 2016, l’Assemblée générale de l’ONU a appelé à relever ce défi sanitaire considéré comme une « menace fondamentale » pour l’avenir de la planète[3]. Il est extrêmement rare que l’AG inscrive à son ordre une question liée à la santé (4ème fois depuis sa création).

En février 2017, l’OMS a publié une liste de 12 familles de bactéries contre lesquelles il est urgent de développer de nouveaux antibiotiques[4].

Découvrir de nouveaux traitements, c’est incontournable

Pour relever le défi de la résistance bactérienne, la transformation des usages de consommation ne suffira pas.

Depuis déjà deux décennies, l’Europe a engagé un vaste plan d’action pour lutter contre le développement des résistances. Basée essentiellement sur la prévention (interdiction de l’usage d’antibiotiques comme facteur de croissance pour l’élevage, campagnes de sensibilisations pour la santé humaine…), cette approche a permis de réduire sensiblement la consommation d’antibiotiques.

Au niveau mondial, la situation est très différente, la consommation mondiale d’antibiotiques ayant augmenté de 65% entre 2000 et 2015 , essentiellement du fait de sa croissance dans les pays émergents. Cette dernière est à la fois porteuse d’espoir, de nombreuses personnes ayant désormais accès à des traitements pour des maladies basiques, et facteur d’accroissement majeur des résistances.

La recherche pharmaceutique classique est peu efficace

La recherche pharmaceutique sur les antibiotiques est globalement peu développée. Les grands laboratoires ont peu investi dans ce domaine, peu attractif financièrement. Les nouvelles molécules mises sur le marché sont généralement des associations ou des dérivés de molécules connues.

Peu de nouveaux traitements depuis un demi-siècle

L’importance de l’enjeu bénéficie aujourd’hui d’un engagement des pouvoirs publics et mérite une démarche d’innovation radicale, seule capable de permettre l’émergence de traitements nouveaux et ainsi efficaces. C’est l’engagement de DEINOVE qui concentre ses efforts sur la recherche et le développement de nouveaux antibiotiques, un terrain encore peu exploré.

 

[1] "Tous ensemble, sauvons les antibiotiques," report released in 2015.

[2] "Tackling drug-resistant infections globally", report by former British Secretary of Commerce Jim O'Neill.

[3] http://www.who.int/fr/news-room/detail/21-09-2016-at-un-global-leaders-c...

[4] http://www.who.int/fr/news-room/detail/27-02-2017-who-publishes-list-of-...

[5] Proceedings of the National Academy of Sciences – March 2018

[6] "Les antibiotiques, c’est fini ?", article published on the LEEM website in November 2015.