13.11.2013

L’ADEME et le Commissariat général à l’investissement ont retenu DEINOVE et son programme DEINOCHEM pour concrétiser l’un des axes forts de la politique gouvernementale de soutien à l’innovation industrielle.


DEINOVE (Alternext Paris : ALDEI), société technologique qui conçoit, développe et commercialise une nouvelle génération de procédés industriels fondée sur les bactéries Déinocoques, annonce aujourd’hui que son programme de développement dans la chimie du végétal a été retenu par l’ADEME et le Commissariat général à l’investissement pour un financement du programme des investissements d’avenir. Il recevra un important financement de l’État qui souhaite soutenir ce secteur stratégique (près de 6 millions d’euros).

« Nous sommes ravis de soutenir ce projet innovant français d’envergure internationale. DEINOVE a été fondée en France et travaille au développement des solutions de demain avec des technologies de rupture…qui font partie intégrante des innovations françaises à pousser pour être dans la course mondiale », souligne Arnaud Montebourg, Ministre du Redressement Productif.

« Avec ce financement, un des plus importants jamais octroyés par le Gouvernement français dans le secteur de la chimie du végétal, notre pays a clairement placé les biotechnologies au cœur de son projet d’innovation industrielle et DEINOVE a été mentionnée dans le rapport « Innovation 2030 » d’Anne Lauvergeon comme une entreprise en pointe dans la chimie du végétal, un secteur considéré comme stratégique pour préparer la transition énergétique qui s’impose face aux énergies fossiles qui s’épuisent et  polluent », commente Emmanuel Petiot, directeur général de DEINOVE.

« Nous sommes fiers d’avoir été retenus pour ce projet. Ce soutien accompagne un programme d’investissement ambitieux qui vise à faire émerger DEINOVE comme un acteur technologique majeur de la chimie verte dans le monde », souligne le Docteur Philippe Pouletty, Président et co-fondateur de DEINOVE.

Au plan mondial(*), la chimie verte constitue déjà  un marché de 135 milliards de dollars (100 milliards d’euros) et une forte progression est attendue dans les prochaines années. 2ème producteur agricole mondial , l’Europe dispose d’une importante réserve de biomasse, et compte plusieurs groupes leaders dans le domaine de la chimie et de l’agro-industrie. La France en particulier, 1er pays producteur agricole en Europe, a les moyens de renforcer son leadership par la qualité de sa recherche et de son innovation technologique.


* Source FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture)