10.03.2021
  • Son projet Boost-ID a été sélectionné dans le cadre du plan France Relance, une reconnaissance de sa dimension stratégique.

  • Boost-ID est un accélérateur dans l’identification d’antimicrobiens et de molécules d’origine naturelle à forte valeur ajoutée.

  • Boost-ID consiste en la mise en place d’une plateforme de criblage haut-débit de bactéries à partir d’une technologie de rupture : la microfluidique en gouttes.

  • C’est l'un des six projets dans le secteur stratégique de la santé retenus en Occitanie.

DEINOVE (Euronext Growth Paris : ALDEI), société de biotechnologie française pionnière dans l’exploration et l'exploitation de la biodiversité bactérienne pour relever le défi urgent et planétaire de la résistance aux antimicrobiens, annonce que son projet Boost-ID (Bacteria Optimum Output Screening Tool for treating Infectious Diseases) fait partie de 105 projets retenus par l’Etat, sur près de 1000 présentés, dans le cadre de l’appel à projet résilience. La subvention, dont le montant devrait être de 500 à 800 k€, est destinée à soutenir le projet Boost-ID, estimé à un peu plus de 1 M€ au total, et permettra à DEINOVE de mettre en place une station industrielle de tri de bactéries à très haut débit, à partir de la microfluidique en gouttes. Boost-ID s’inscrit dans la continuité du projet Deinodrop[1] soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR).

DEINOVE se dote ainsi d'une technologie de rupture, à l'interface de la physique et de la biologie moderne. Boost-ID va accélérer l’isolement sélectif de bactéries à fort potentiel antimicrobien à partir d’échantillons environnementaux et deviendra la première étape de criblage de DEINOVE. La microfluidique est basée sur la manipulation de volumes infiniment petits (échelle du picolitre ou 10-12 litre) et à très haut débit (1 million de bactéries par heure). Boost-ID augmentera ainsi le rendement actuel de la plateforme tout en réduisant ses coûts. Les souches bactériennes aux activités les plus prometteuses, détectées en microfluidique, passeront ensuite par les étapes d'extraction automatisée, nécessitant des volumes plus importants, pour être testées sur des panels de référence. La large proportion de métabolites étant de nature chimique trop complexe pour la chimie de synthèse, les capacités de bioproduction par fermentation et le savoir-faire de DEINOVE entreront alors en jeu pour obtenir les masse et qualité critiques pour leurs évaluations précliniques et cliniques.

Du picolitre au 20 litres, la Société renforce donc sa position de biotech industrielle dédiée à l'identification de « pépites » d'origine naturelle, à partir de la matière noire microbienne à 99,9% inexplorée[2]. Avec un gain de rendement majeur en amont du procédé, Boost-ID permettra d’accélérer le développement de nouveaux antimicrobiens et de molécules d’origine naturelle à forte valeur ajoutée.

Alexis Rideau, Directeur Général de DEINOVE commente : « Ce soutien de l’Etat va accélérer la mise en place de notre plateforme de microfluidique, avec l’objectif d’être opérationnels dès la fin 2021. Boost-ID va décupler le rendement actuel de la plateforme tout en réduisant ses coûts, notamment au niveau des réactifs et des matières plastiques. Couplée à notre expertise et nos capacités technologiques en biologie synthétique, la microfluidique est un tournant dans l’histoire de DEINOVE car elle va nous permettre de réaliser des tests biologiques peu coûteux et à des cadences inégalées pour explorer et exploiter la matière noire microbienne. »

 

[1] Communiqué du 9 décembre 2019

[2] Kenneth J. Locey and Jay T. Lennon, Scaling laws predict global microbial diversity, PNAS May 24, 2016 113 (21) 5970-5975

 

Le projet Boost ID présenté par Alexis Rideau interviewé par La Gazette de Montpellier